Pour les yeux des autres

Publié le par Morad

La compétition. La concurrence. La rivalité. La jalousie. Muettes, mais perceptibles. Tu t’enfles. Tu te gonfles. Tu veux montrer ta supériorité. Tu as plus. Tu es le plus beau, le meilleur. T’es le plus riche, t’as plus de moyens que l’autre, qui est ta voisine, ta belle-sœur, ton propre frère parfois, ton ami aussi. Tu veux qu’on te prenne pour un grand monsieur, pour une grande dame. Tu te surestimes. Tu as une trop haute opinion de toi-même. Tu te donnes une image humble tout en te vantant. Fausse modestie! Tu veux être ce que tu n’es pas. Tu vis pour le superficiel, pour l’apparence. Tu cours après l’argent. «La course aux richesses vous distrait, jusqu’à ce que vous visitiez les tombes» (102:1).

Pourquoi ce besoin d’être pris pour grand, riche, supérieur? Pourquoi cette image excessive de soi? Pourquoi embellir l’extérieur quand l’intérieur est vide et laid? Tu vis pour la marque et non pour l’utilité vraiment. Les griffes sont plus importantes pour toi, et tu le fais savoir. Les autres doivent savoir la marque de ton parfum, celle de ta robe ou de ta chemise, que ta montre est originale, le prix de ta voiture, que tous tes bijoux sont de 24 carats ou que la pierre précieuse qui orne ta bague c’est du diamant. On doit savoir que tu fréquentes les grands magasins et on ne doit jamais te voir dans une de ces foires que fréquentent les petites gens. Tu fais sentir ta différence, ta soi-disant supériorité. Tu es hautain et bien rempli de toi-même. Tu es arrogant. «… ne foule pas la terre avec arrogance, car Allah n’aime pas les présomptueux plein de gloriole» (31:18 ).

Tu veux que les gens voient ce que tu es dans ta tête. Tu extériorises ta pensée à travers ton comportement. Tu veux que les autres te voient comme toi tu te vois. Ou même comme la riche personne que tu n’es pas en réalité. Le Bien-aimé Muhammad (pssl) relate, selon Abu Hurayra: «Alors que quelqu’un marchait dans sa belle parure, très fier de lui-même, les cheveux bien peignés, se pavanant dans sa démarche, voilà que Allah lui ouvrit la terre sous ses pieds, et il ne cesse depuis de descendre au fond de la terre jusqu’au jour de la résurrection» (Muslim et Bukhari).

Tu as le droit de chercher la qualité, de vivre à ta guise ce que Dieu t’a donné comme richesses. Tout ça pour toi, dans ton intérieur. Mais pas d’exhibitionnisme et pas de snobisme en Islam. Le riche doit fréquenter le pauvre; doit être l’ami du pauvre; doit partager avec lui; s’asseoir, manger, plaisanter et jouer avec lui; l’inviter chez lui dans la dignité et non comme un mendiant à qui on offre une assiette de briyani et qu’on oublie aussitôt qu’il est parti. Va chez lui, fréquente-le. Si tu ne le fais pas, c’est que tu as une mentalité pourrie. Ne vis plus pour faire savoir aux autres que tu as un portable sophistiqué et onéreux; un plus gros téléviseur; une plus puissante voiture; un campement au bord de la mer … Le Saint Prophète (pssl) nous conseille: «Hâtez-vous de faire de bonnes actions avant d’en être empêchés par … une richesse qui vous pousse à une arrogance outrancière».

Vivre pour les yeux des autres c’est coûteux. Tu dépenses alors excessivement. Tu vis au-delà de tes moyens. Tu t’endettes. Le drame c’est que tu crains une chute et de tomber bas aux yeux de la société. La meilleure façon de vivre sur terre c’est dans la limite de ce que tu as et de ce que tu es. En toute simplicité, en toute humilité. «Les esclaves du Très Miséricordieux sont ceux qui marchent sur terre avec douceur et humilité» (25:63).

Source : Reza Issack

Publié dans Rappels

Commenter cet article