L’enfance

Publié le par Morad

L’innocence à l’état pur. Un être virginal, angélique. Aucun mal ne l’habite. Son regard est comme son âme: limpide. C’est le toi du moi. L’être de ton être. Un bonheur de plus. Une faveur divine. Un bébé c’est un souffle de liberté qui t’enchaîne à la vie. Tu deviens plus humain, il t’humanise avant même de te connaître. Il est un droit, tu es un devoir. Il va s’éclore, tu vas l’ouvrir à la vie. Tu vas faire de lui ce qu’il doit être et non ce que toi tu veux qu’il soit. Tu ne peux pas être ton enfant. Ne lui vole pas son enfance. Ne cherche pas à rattraper en lui ce que tu as perdu en toi. Tu fus. Qu’il soit maintenant. Que ton enfance t’enseigne à respecter son enfance. C’est à toi de lui offrir le meilleur de la vie maintenant. «Mettez vous et les vôtres à l’abri du feu» (6:66).

Ne saccage pas une enfance. Au contraire, embellis-la. Pour grandir, pour s’épanouir, l’enfant a besoin d’être protégé, d’être sécurisé. Sois sa forteresse. Mets-le en confiance. Il a besoin de ton attention, de ton affection, de ta tendresse, de ton amour et surtout de ton temps. Tu l’éduques à travers l’exemple que tu es. Ce n’est pas dans la colère et dans la violence qu’on élève un enfant. Ne le frappe pas. La seule fois que tu es autorisé à le frapper (et là encore jamais violemment ou avec force) c’est quand il faut qu’il prie. Selon Abou Thourayya al Jouhanni, le Bien-aimé Muhammad (pssl) a dit: «Enseigne la prière à l’enfant quand il a sept ans et frappe-le à l’âge de dix ans quand il s’en abstient» (Abu Daoud et Tirmidhi).

Donne à ton enfant le temps de vivre, le temps d’être lui-même, le temps d’avoir une enfance. Laisse-le évoluer naturellement. Ne l’arrête pas tout le temps. Ne l’humilie pas mais ne le flatte pas non plus. Responsabilise-le. Apprends-lui les bonnes manières, l’art de vivre. Le Messager (pssl) a dit: «Un père ne peut donner de meilleur présent à son enfant que les bonnes manières». Qu’il mange islamiquement, c’est-à-dire qu’il fasse comme le Prophète (pssl) l’a enseigné: «Mange en prenant le Nom d’Allah» (Boukhari ). Qu’il respecte la nourriture, qu’il n’en fasse aucun commentaire négatif, qu’il ne laisse même pas un grain de riz dans son assiette. Habille ton enfant sans agresser sa pudeur. Apprends-lui à saluer les autres en premier, à toujours demander de la permission avant de prendre quelque chose ou d’entrer chez quelqu’un. Fais de lui une perle de beauté, pieux et patient depuis le début, capable de différencier et choisir entre le bien et le mal. «O mon enfant, accomplis la salat, commande le convenable, interdis le blâmable et endure ce qui t’arrive avec patience» (31:17). L’enfance c’est aussi le ton et le respect. «Sois modeste… et baisse ta voix» (31:19).

Ne passe pas ton temps à réprimander l’enfant, à l’interdire. Sois juste envers les petits. «Faites preuve de justice entre vos enfants», recommande le Saint Prophète (pssl) qui vous exhorte aussi: «Faites preuve d’équité entre vos enfants dans les présents que vous leur offrez». D’habitude une enfance malheureuse se tait ou ne se manifeste que par des attitudes rebelles. Cherches-y ta responsabilité, voire ta culpabilité. Offre à chaque enfant le meilleur de son enfance. N’en gâte aucune.

Reza Issack

Publié dans Rappels

Commenter cet article